Écrire

images-5Comme une envie qui pique les lèvres.

Écrire !

Une envie de dire ce qui se ressent en d’ans.

Laisser couler l’histoire qui surgit dans une tête triste, une tête dure, une tête de ronde, une tête gourmande et une tète au saint d’un perfectionnisme cabochard.

Raconter l’histoire délicieuse de mes personnages intérieurs avec cette craquante hypocrisie que celle de croire qu’ils sont campés loin de moi.

Puis reculer comme pour mieux voir, s’éloigner pour distinguer mieux les détails de mon inconscient étalés sur la toile de mes écrits et dévoilés dans tous mes non-dits.
Ils sont là, tous mes mois. Les plus fous, les plus cons, ceux que je voudrais être et ceux que vomis, ceux qui me manquent et ceux que je choisis.

J’les croyais tout emmêlés, j’les voyais plus d’être tellement noués et puis les voilà, tout étalés, éclatés, écartelés, déchiffrés dans la vérité d’une illusion recréée. Celle-là qui est plus vraie que la réalité parce qu’elle affiche ce que mon monde n’a pas osé verbaliser.

Écrire !
J’ai souvent abandonné par désespoir…

et désespéré d’être moi.

… pour autant, je reste à mes côtés.
C’est là ma seule consistance, ma seule endurance. Amie incessante d’une femme aux états d’âNes constants et fatigants. La tête en turban sous une chevelure hainifiée contre elle-même aux reflets d’un Amour brut et sincère.

Parfois je suffoque, étouffée par un grand trou, un trou de mémoire, une amnésie anticipée de ma profonde identité, l’oubli de ce que je suis au profit de ce que je dois être. Je dois, tu dois, il doit, nous devons, vous devez, ils doivent, je dois, tu dois , il doit, nous devons, vous devez, ils doivent, je dois tu dois, il doit, vous devez, ils doivent, NON !!!! Vous entendez pas !!!! JE DOIS TU SOIS, IL DOIT, NOUS DEVONS, VOUS DEVEZ ILS DOIVENT, JE SOIS TU DOIS IL DOIGT, NOUS DEVONS NOUS DEVONS NOUS DEVONS VOUE DEVEZ ILSDOIVENT JE DOIS, JE DOISJEDOISJEDOISJOIDSJEOISDJOIEDS D JOIES D JOIES D JOIES !

Et puis j’oublie encore!

Alors j’ai mis des petits cailloux sur ma route…pour retrouver le chemin du lien.
Des marques inaltérables de chaque partie de moi gravées dans les yeux de ceux que j’aime.

Et putain, qu’est ce que je les aime !

Ça me fait comme un port où je peux revenir à travers un regard. Le sourire comme un phare qui guide le matelot aventurier, curieuse de voyager et souvent idiote de m’éloigner.

Encarapacée dans ce qu’il faut, j’ai mis le temps à me re-chatouiller de ce que je veux. Toute embrouillée dans les sirènes, j’avais perdu l’ «oui» de ce que je suis.

Mais j’ai rêvé des baleines, celles qui m’ont envoyée au fond de moi la première fois.
Comme sommée par ma mémoire.
Maintenant j’ai le voyage qui m’martèle l’estomac et les pieds qui ont faim, alors j’ai le cœur qui re-bat et le stylo qui pleure D JOIE à l’idée d’ensoleiller ma vie avec de nouvelles histoires…comme une envie qui pique lèvres.

Écrire !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s