j’aurais dû…

Tomate

J’aurais dû ….
J’aurais dû lui dire
J’aurais dû me taire
J’aurais dû accepter
J’aurais dû refuser
J’aurais dû lui donner
J’aurais dû lui reprendre
J’aurais dû la claquer !
J’aurais dû l’embrasser
J’aurais dû vivre comme si demain n’existait pas
J’aurais dû mourir à moi même dans le souffle haletant d’un orgasme animal
J’aurais dû être bonne sœur
J’aurais dû voler quand j’avais l’âge d’en être excusée
J’aurais dû mentir
J’aurais du lui crier que « ça me faisait chier ! », petite fille suffoquée d’être dressée
J’aurais dû souffrir plus tard
Et j’aurais dû aimer plus tôt.

J’aurais dû de l’argent
J’aurais dû être sage
J’aurais dû être en bonne santé
J’aurais dû mourir plusieurs fois déjà
J’aurais dû prendre des risques
J’aurais dû faire des études
J’aurais dû saisir plus tard ce qu’on m’a expliqué trop tôt
J’aurais dû me foutre la paix
J’aurais dû comprendre qu’ils avaient pas le droit
J’aurais dû être écrivain
J’aurais dû avoir un père simple et une mère fainéante
J’aurais dû aimer ma lenteur et cramer ma paresse dans un sofa cinq étoiles
J’aurais dû moins aimer fumer
J’aurais dû envoyer paitre mon père au pré de son absence
J’aurais dû sentir que c’était pas ma faute
J’aurais dû trouver ma voie toute suite
J’aurais dû savoir parler arabe
J’aurais dû trouver un bon travail
J’aurais dû me marier.
Mais j’ai vécu à la place.

Une vie toute pleine d’erreurs et d’à cotés.
Mijotée de doutes et pourtant privée de regrets.
Une vie remplie de famille, de médecins, d’amis, d’amour, de cartons, de films, de déceptions, de rêves et de bêtises.
Une vie remplie de vies et une vie remplie de fouillis,
D’histoire à dormir debout et de déboires d’autres à avaler jusqu’au bout.
De ces choses insignifiantes qui prennent toute la place pour cacher l’important, l’inaudible réalité des erreurs accumulées.
Une pelote emmêlée d’émotions cachées au fond du labyrinthe où l’on perd la notion du temps et du devoir.

J’aurais dû prendre du recul
J’aurais dû comprendre l’histoire

Et ma vie qui me chuchote toujours qu’elle s’accomplira un peu plus loin…
Le silence en réponse

Rien. Il ne se passe rien…

J’aurais dû faire plus et penser moins.

Silence en permanence violé par les cris de la frustration, émotion d’aujourd’hui couronnée par un goût commun d’immédiateté.

Je ne sais pas si me suis trompée mais j’ai toujours avancé avec cette peur au ventre de rater, de décevoir, de perdre et surtout la terreur de me retourner et de me détester.

Peut-être
j’aurais dû regretter ….
Mais j’aurais pas su par quoi commencer.
Alors je garde l’histoire toute entière et je la réécris dans un chapitre insultant le destin et mes incompétences passagères.
Pour ça j’aurais du être écrivain !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s